Club Parlementaire du numérique

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Home Actualités du secteur Octobre Le monde du numérique avait rendez-vous à Issy-les-Moulineaux

Le monde du numérique avait rendez-vous à Issy-les-Moulineaux

Envoyer Imprimer PDF

Le jour même du lancement de Windows mobile, Steeve Ballmer, PDG de Microsoft, a profité de son passage à Paris le 6 octobre pour inaugurer le nouveau siège de Microsoft France à Issy-les-Moulineaux. Le bâtiment HQE de 35 000 mètres carrés abritera aussi des activités internationales du groupe.  Issy devient ainsi un lieu central du numérique en France. Cet événement a été salué par la présence de nombreux ministres : Eric Besson, Patrick Devedjian, Christine Lagarde, Valérie Pécresse, Nadine Morano et Fadela Amara. Une dizaine de parlementaires avaient également fait le déplacement.


Trois questions à Lionel Tardy, député (UMP, Haute-Savoie).

Pourquoi avez-vous tenu à être présent à cette inauguration ? Que représente selon-vous cet événement ?

Je travaille depuis 1989 dans le domaine de  l’informatique et c’est une vraie passion pour moi. Je baigne toute la journée dans le monde de l’informatique. Alors quand Steeve Ballmer vient à Paris, je ne manque pas le rendez-vous. Quoi qu’on puisse penser de Microsoft, le personnage vaut le détour.
Au-delà de cette forme d'intérêt personnel, je mesure aussi l’importance symbolique de l’événement. Ce centre de recherche pour l’Europe, implanté à Paris, ne peut laisser indifférent. Il ne s’agit pas d’une implantation comme les autres. S’il agit comme un incubateur, ce sera tout bénéfice pour notre pays. Nous avons donc toutes les raisons de nous réjouir de ce signal fort.

Quel est votre point de vue sur l’industrie numérique dans notre pays ?

En France, nous n’avons pas su prendre les virages et nous accusons maintenant un sérieux retard. Quand on pense que la Silicon valley concentre 30% du capital risque américain sur 100 km carrés ! Nous n’avons pas l’équivalent.
De même, regardons les réseaux sociaux, la navigation, l’Internet mobile…les premières places sont prises. Certes, nous prenons des initiatives, mais pas une entreprise française ne figure parmi les cents leaders dans le domaine des logiciels.
Il nous faut absolument privilégier le capital risque, les start-up et mettre en place des incubateurs avec les universités et les grandes écoles.

Mais, comme vous venez de le dire, les trains ne sont-ils pas passés ?

Ce n’est jamais fini. Les enjeux liés à la révolution numérique sont très vastes. Je vois trois enjeux fondamentaux.
Les infrastructures en premier lieu. Il faudra de plus en plus de réseaux d’initiatives publiques, l’Etat ne pourra pas tout faire. Et que les investisseurs privés s’impliquent.  
Les réseaux mobiles seront bientôt confrontés au même enjeu et les infrastructures mobiles s’avèreront également insuffisantes.  
Enfin, je crois beaucoup au Service public  en ligne. On ne peut se contenter de télédéclarations, il faut aller vers un véritable service public en ligne.

 

Mise à jour le Mardi, 13 Octobre 2009 14:19  

Accès Membres

Vidéos