Club Parlementaire du numérique

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Home Telecom « Aujourd’hui ; la suppression du réseau cuivre n’est pas réaliste. »

« Aujourd’hui ; la suppression du réseau cuivre n’est pas réaliste. »

Envoyer Imprimer PDF
Sans titre 

Questions à Paul Champsaur, Président de l’Autorité de la statistique publique, auteur du rapport sur la fibre et l’avenir du cuivre

Votre rapport aura duré un an et demi, comme le voulait votre lettre de mission. Pourquoi un tel délai ?

Nous savions que cela prendrait du temps de parvenir à une position commune. La composition du groupe avec notamment trois députés, trois sénateurs et des représentants de réseaux d’initiative publics nous laissait voir des divergences de fond. La première réunion a eu lieu en juillet 2013 mais nous avons vraiment commencé à travailler sur une solution réaliste à l’automne 2013. Il s’est avéré assez vite que la majorité du groupe ne recommandait pas la programmation de l’extinction du cuivre. Notez qu’aucun pays dans le monde ne l’a fait, d’ailleurs. L’Australie a bien essayé, mais a fini par reculer.

Pourquoi est-ce si compliqué ?

De nombreuses applications fonctionnent avec le cuivre qu’il ne sera pas simple de faire basculer sur la fibre. La première raison tient à ce qu’un téléphone branché sur la fibre a besoin d’une transmission d’électricité indépendante alors que réseau cuivre, lui, transmet bien le courant. Tous ces objets qui sont connectés par le cuivre devront être adaptés. Prenons l’exemple des ascenseurs dont le système d’alerte fonctionne grâce au cuivre.  On ne peut simplement le connecter à la fibre.

Enfin,  il y a d’innombrables réseaux comme les centrales électriques d’EDF ou les cartes de paiement, qui sont connectés grâce au cuivre. Parfois, il n’y a tout simplement pas de substitution au cuivre.

Quel serait le coût du remplacement du cuivre par la fibre ?

Si l’État décide d’arrêter le réseau cuivre, il va falloir compenser le propriétaire, en l’occurrence Orange, ainsi qu’un certain nombre de clients ou d’organismes qui auraient souhaité rester au cuivre. Il est impossible de chiffrer le coût exact d’une telle décision, il faudrait voir cela au cas par cas.

Quoi qu’il en soit, nous avons donc estimé qu’aujourd’hui la suppression du réseau cuivre n’est pas réaliste.

Vous recommandez donc une transition par étape.

C’est plus sage, en effet. Il faut dans un premier temps développer les compétences en ressources humaines dans l’installation et l’entretien du réseau fibre. Concernant le Très-Haut-Débit, la France est répartie en trois zones : les grandes villes, les densités moyennes et les zones blanches. Ces dernières concernent 45% de la population. Les collectivités locales vont mettre en place des Réseaux d’Initiative Public (RIP). Il faudra un minium de coordination technique et tarifaire pour cela car il va falloir organiser les conditions auxquelles les opérateurs nationaux auront accès à ces RIP. Ce sera le rôle de la mission THD.

En termes de mesures incitatives, que recommandez-vous ?

Nous recommandons la création d’un statut de « zone fibrée ». À partir du moment où une zone sera fibrée, certaines mesures incitantes au passage de cuivre à la fibre seront appliquées. Par exemple, l’accroissement de tarifs de gros d’accès au cuivre. Pour un opérateur, il sera alors plus couteux d’utiliser le cuivre.

Les immeubles neufs construits dans ces zones ne seront plus équipés en réseau cuivre, alors qu’actuellement tout immeuble neuf doit être équipé des deux.  L’opérateur de réseau, Orange, pourra donc décider de fermer son réseau et l’État l’assistera dans cette tâche.

N’est-ce pas mettre en place un processus différencié ?

Oui, mais il y a des endroits où il ne sera jamais évident d’installer la fibre.  Les projets des collectivités prévoient de couvrir 60 à 70% de leur territoire. Pour le reste, il est toujours possible d’installer du THD (plus de 30 mb/seconde) mais grâce à d’autres technologies : cuivre amélioré, le wifi max ou satellite. La région Auvergne, par exemple, met en place un plan dont les objectifs sont compatibles avec ceux du Gouvernement et passent par l’utilisation de plusieurs technologies.

Mise à jour le Mercredi, 04 Mars 2015 08:52  

Accès Membres

Vidéos


Latest News

Warning: Creating default object from empty value in /home/web/lexposia/clubparlementaire/www/modules/mod_latestnews/helper.php on line 109 Warning: Creating default object from empty value in /home/web/lexposia/clubparlementaire/www/modules/mod_latestnews/helper.php on line 109 Warning: Creating default object from empty value in /home/web/lexposia/clubparlementaire/www/modules/mod_latestnews/helper.php on line 109 Warning: Creating default object from empty value in /home/web/lexposia/clubparlementaire/www/modules/mod_latestnews/helper.php on line 109 Warning: Creating default object from empty value in /home/web/lexposia/clubparlementaire/www/modules/mod_latestnews/helper.php on line 109

... les plus lus

Warning: Creating default object from empty value in /home/web/lexposia/clubparlementaire/www/modules/mod_mostread/helper.php on line 79 Warning: Creating default object from empty value in /home/web/lexposia/clubparlementaire/www/modules/mod_mostread/helper.php on line 79 Warning: Creating default object from empty value in /home/web/lexposia/clubparlementaire/www/modules/mod_mostread/helper.php on line 79 Warning: Creating default object from empty value in /home/web/lexposia/clubparlementaire/www/modules/mod_mostread/helper.php on line 79 Warning: Creating default object from empty value in /home/web/lexposia/clubparlementaire/www/modules/mod_mostread/helper.php on line 79