Club Parlementaire du numérique

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Avril 2010

Entretien avec Gabrielle Gauthey, directrice des relations institutionnelles d’Alcatel-Lucent

Envoyer Imprimer PDF

1/ Plusieurs modèles s’opposent entre le rôle à faire jouer aux différents acteurs (opérateurs, Etat, collectivités locales) pour le financement du déploiement du réseau THD. Quel est votre avis sur le modèle à mettre en place, notamment pour les zones peu denses ?

Le déploiement des réseaux à très haut débit est un élément clé du développement économique des Etats et des territoires. Il est notable de voir que de nombreux gouvernements dans le monde (Australie, Nouvelle–Zélande, Grèce, Mexique, Inde ...) ont décidé de jouer un rôle actif dans leur déploiement, consacrant le bien fondé d’une intervention publique en complément du privé. Cette décision est motivée tout autant par le montant des investissements en jeu que par la nécessité d’inciter au coinvestissement et au partage d’une infrastructure pouvant être considérée comme essentielle. Dans sa recommandation sur les aides d’Etat publiée en juin 2009 la Commission Européenne a fixé le cadre de la bonne articulation entre fonds publics et concurrence en Europe.
La France a depuis 10 ans développé un savoir faire en matière de réseaux d’initiative publique mutualisables construits en partenariat avec le privé et mis a disposition de l’ensemble des opérateurs. Cette expérience qui est très étudiée et reconnue à l’étranger devrait permettre à notre pays d’aborder cette nouvelle phase d’investissement notamment pour couvrir les zones les moins denses en veillant à ne pas recourir à des procédures trop complexes qui ralentiraient les projets les plus mûrs.

Mise à jour le Mercredi, 14 Avril 2010 07:43 Lire la suite...
 

Google : mythes et réalités - Dîner / débat du 30 mars

Envoyer Imprimer PDF

Un débat contradictoire autour de Google… Pour ce sixième rendez-vous du Club Parlementaire du Numérique, le géant américain a accepté d’être mis face à ses contradicteurs sur les questions de numérisation des livres et de neutralité du Net. Une formule animée et constructive, un exercice périlleux auquel Google a accepté de se livrer.

En quoi Google est-il sujet de controverse ? Abus de position dominante sur le marché de la pub en ligne ? Question de la “taxe Google“ mentionnée par le rapport Zelnik, évasion fiscale en Irlande, numérisation des livres et défense du principe de la neutralité du Net... Les sujets intéressants sont légion mais c’est sur ces deux derniers que le débat du 30 mars a porté. La question de la numérisation des livres oppose le moteur de recherche le plus puisant du monde aux éditeurs et celle de la neutralité le confronte aux opérateurs de réseaux.
En parlementaires avisés, MM Dionis du Séjour et Retailleau ont cherché à dépassionner le débat, à en équilibrer la perspective : « En bon libéral, je crois à la croissance régulée plus qu’à la diabolisation de Google », à affirmé d’emblée le député du Lot-et-Garonne. Quand au Sénateur de la Vendée, il a salué une réussite « qui ne le choque pas » : celle d’une start-up qui a commencé dans un garage. Néanmoins, les deux parlementaires ont eux-mêmes relevé la liste des controverses dans lesquelles le géant américain est impliqué, l’invitant à répondre à leurs interrogations voire leurs inquiétudes et à celles de l’auditoire.

Mise à jour le Vendredi, 16 Avril 2010 10:14 Lire la suite...
 



Accès Membres

Vidéos